Aller au contenu principal

Cameroun : 38 milliards de FCfa pour importer 96 000 tonnes d’huile de palme

L'huile de palme se vend aussi dans les marchés. (c) Anne Mireille Nzouankeu

L'huile de palme se vend aussi dans les marchés. (c) Anne Mireille Nzouankeu

Alamine Ousmane Mey, le ministre des Finances, a autorisé cette importation à des conditions préférentielles, pour combler le déficit prévisionnel de production nationale et éviter une inflation.

Afin d’éviter d’éventuelles pénuries sur le marché local, le Cameroun va débourser près de 38 milliards Fcfa en 2017 pour importer 96 000 tonnes d’huile de palme brute et ses produits dérivés à savoir la stéarine, l’huile de palmiste et les acides gras.

L’annonce a été faite au cours du mois de mai, par le Comité de régulation des filières des oléagineux, logé au sein du ministère du Commerce. Ces matières premières, issues d’une première transformation des noix de palme, servent au cours d’une deuxième transformation à la fabrication :

-Dhuile végétale raffinée

-De savon de ménage

-De margarine

-De produits agro-alimentaires

-De produits cosmétiques…etc. 

L’importation se fait en plusieurs vagues et près de 30 000 tonnes sont déjà au Cameroun. Cette importation est possible grâce à une autorisation à des conditions préférentielles telles qu’une exonération de la TVA et un taux de douane de cinq pour cent, d’Alamine Ousmane Mey, le ministre camerounais des Finances.  

En fait, le Cameroun a une production annuelle villageoise et industrielle cumulée d’environ 360 000 tonnes d’huile de palme.

L'huile de palme se vend bien dans les marchés camerounais

Pourtant, selon l’Association des raffineurs des oléagineux du Cameroun (ASROC), du fait du dynamisme des transformateurs locaux, le pays connait un déficit annuel d’environ 130 000 tonnes. Ce déficit est du à « la baisse en 2016 de près de 30 % de la capacité des industries de la première transformation à mettre à la disposition de celles de la deuxième transformation, la matière première essentielle sollicitée qu'est l'huile de palme brute », explique Kemleu Tchabgou Jacquis, le secrétaire général de l’Asroc.

Le Cameroun n’est pas à sa première expérience d’exportation d’oléagineux. En 2016, le gouvernement a autorisé, aux mêmes conditions préférentielles, une importation de 60 000 tonnes. L’annuaire statistique camerounais du commerce indique également qu’en 2015, le Cameroun a importé 7942 tonnes d’huile de palme de l’Indonésie pour un montant total de 4, 353 milliards Fcfa.

Le Cameroun importe l’huile de palme brute des pays tels que le Gabon, le Liberia, l’Indonésie, la Thaïlande ou encore la Malaisie.

La rédaction