Aller au contenu principal

Les changements climatiques affectent la production de noix de palme au Cameroun

La production artisanale d'huile de palme

La production artisanale d'huile de palme au Cameroun

Le Cameroun a une production annuelle villageoise et industrielle cumulée d’environ 360 000 tonnes d’huile de palme. Mais, le pays connait un déficit structurel d’huile de palme brute de l’ordre de 130 000 tonnes par an.

De plus, « les conditions climatiques défavorables de l’année 2016 présagent la persistance d’une baisse de production de l’ordre de 20 % en 2017 », prévoit l’Association des Raffineurs des Oléagineux du Cameroun (Asroc).

Production artisanale d'huile de palme
Production artisanale d'huile de palme

C’est donc dire qu’au Cameroun, les changements climatiques affectent la production de noix de palme. Concrètement, il y a actuellement un bouleversement des saisons qui fait que les pluies n’arrivent pas aux périodes attendues et la sècheresse dure parfois plus longtemps ou moins de temps que prévu.

Or, « le palmier a besoin d’alternance entre la pluie et le soleil. S’il n’y a pas cette alternance, les noix ne murissent pas. Et si elles ne murissent pas au bon moment, c’est-à-dire pendant leur période de maturité, elles ne produisent pas d’huile ou en produisent en petite quantité, en deçà des projections », expliquent les professionnels des oléagineux.

Huile de palme

Les palmeraies subissent non seulement les effets des changements climatiques mais la production de noix de palme est aussi confrontée au problème de régénération des principales plantations qui fournissent le plus grand nombre de noix de la production nationale.

« On note un vieillissement des plantations tant à la Socapalm qu’à la CDC et à Palmoil, ce qui nécessite un investissement important pour l’extension et la régénération des plantations », a indiqué Emmanuel Paul Nkoulou Ada, président du comité de régulation des filières des oléagineux, dans une interview accordée au magazine Cameroon Business Today en juin dernier.

Il est à noter que les entreprises Socapalm, CDC et Palmoil, fournissent à elles seules, près de la moitié de la production locale de noix.